Coup de pompe et anémie

LA PETITE HISTOIRE

Ma mère et ma sœur font depuis toujours des anémies de fer. Pour une raison qui m’échappe encore, jamais il ne m’est venu à l’esprit que moi aussi je pouvais y être sujette. Non, j’étais plus forte que la génétique, que les symptômes, que la fatigue engendrée par le manque de fer.  Jusqu’au jour où tout bascula… (ne vous inquiétez pas, la suite n’est pas un film d’horreur !)

Depuis longtemps, je souhaitais donner mon sang ; quand une collecte mobile se présentait sur mon chemin, je m’y arrêtais. Souvent on me disait que mon niveau de fer était un peu bas (rien de dramatique), que je pourrais donner mon plasma mais que ce prélèvement ne se faisait pas sur la collecte. Alors, un jour j’ai finalement poussé la porte d’un poste de l’Établissement Français du Sang (EFS) et j’ai commencé à donner régulièrement mon plasma.

http://dide-dessins.blogs.midilibre.com/archives/2013/10/index-5.htmlParmi les questions posées lors de l’entretien médical préalable, on vous demande bien sûr si vous vous sentez en forme : mais comme je vous l’ai déjà dit, je suis plus forte que la fatigue ! Je déclarais toujours que j’étais en forme, même si je me sentais un peu crevée. Çà faisait 2 semaines que j’essayais de planifier mon don et qu’il y avait toujours un truc prioritaire pour interférer : je n’allais pas repousser encore. Et comme les résultats de mon dernier don était bon, on ne m’a pas fait le dosage de mon taux actuel de fer.

J’ai fait mon don, tout s’est bien passé, j’ai été prendre la collation que l’EFS offre après chaque don, pour compenser les pertes dues au don. Il est vrai que je l’ai un peu écourtée cette collation, un peu rapidement car j’avais un rendez-vous à 12h… je dis au revoir à la chargée d’accueil adorable, je prends les escaliers en me dépêchant, et me retrouve dans la rue… prise aussitôt d’un étourdissement, je m’accroche aux barres de fer de l’entrée. Mais je suis plus forte que les symptômes, je suis donc sûre que cela va passer, je continue donc d’avancer dans la rue… que nenni ! je me retrouve sans jambes, elles se dérobent totalement sous moi, mes bras s’accrochent plus forts à la barre qui me maintient debout et me permet de garder un semblant de dignité, je suis une vraie marionnette. Mon visage heurte une des barres sur lesquelles je suis cramponnée avec le peu de force que j’ai encore, je tombe au sol. Un monsieur dans la rue s’inquiète, j’arrive à lui dire d’où je viens dans un langage gestuel très personnel, il me raccompagne à l’EFS qui aussitôt me prend en charge.

http://jp-times.com/actu/editorial/froid-fatigue-volonte/Lorsque le médecin voit les résultats de mon fer, il ne comprend pas que je n’ai pas ressenti une vraie fatigue. Je lui dis que j’ai souvent des coups de pompe comme çà, mais que cela ne m’empêche pas de faire les choses, que ce n’est en général que passager. Il m’explique alors que ces coups de pompe sont dus à mon anémie chronique en fer. Il me donne une ordonnance de tardyferon que je n’irai jamais chercher n’étant pas fan des médicaments qui polluent mon corps et se retrouvent ensuite les rivières qu’ils salissent.

*

LE PETIT REMÈDEteste-approuve-adopte

Après m’être fait recoudre la lèvres (4 heures d’attente aux urgences quand même), je regarde sur internet avec quels aliments je peux me charger en fer. Je sais que les lentilles et les épinards sont de très bons candidats, on nous bassine assez avec çà quand on est gamins, mais je me vois pas en manger tous les jours au petit déjeuner… je suis motivée, mais avec des limites. Cacao, coquillages, huitres, poisson, légumes secs, viandes, volailles, gibiers, légumes frais, œufs, chocolat noir, graine de sésame, noix de cajou, noisettes, cacahuètes, tofu,…. tous contiennent du fer en quantité non négligeable. Pour faciliter son absorption, il faut consommer en même temps de la vitamine C.P1230935

Mon idée étant de lutter tous les matins contre mes possibles anémies imprévisibles, j’ai le choix entre des huitres au petit déj, du lapin avec des épinards, du tofu… ou un carré de chocolat noir ou des abricots secs, avec un jus de citron : plus de coup de pompe depuis ! Et pendant mes règles, c’est un peu comme de la sorcellerie… je n’ai plus la sensation d’être sans énergie, raplapla, dégonflée.

Et je découvre par là-même les bienfaits du citron sur mon organisme : finalement ce coup de pompe m’aura ouvre les yeux sur bien des choses !

Attention, l’anémie est une maladie, il faut consulter une médecin.

Pour information, tous mes dons de plasma depuis 2 ans se sont bien passés, c’est le seul incident que j’ai eu à déplorer, et c’est pas faute d’avoir été bien prise en charge par l’EFS. Alors rejoignez les équipes de donneurs de l’Établissement Français du Sang (EFS) !

Publicités

Par ici pour les commentaires....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s