Contre les pesticides et les insecticides

Tout le monde voit le lion comme le roi des animaux ; pourtant, il est cantonné à seulement quelques pays dans le monde, n’est pas adapté à tous les climats, est plutôt un animal solitaire, effraie la plupart des autres espèces (nous inclus), et n’a pas plus d’importance dans la chaine alimentaire qu’un autre animal.

Il eabeilles 2n va différemment pour nos petites amies les abeilles. Au-delà de leur place indéniable dans les différentes chaines alimentaires de quasi tous les pays et climats de cette planète, les abeilles ont un rôle essentiel pour la fécondation des arbres, des plantes et des fleurs. Pouvant stocker jusqu’à 500.000 grains de pollens sur leurs pattes postérieures, elles peuvent visiter 250 plantes en une heure !! Cette pollinisation est essentielle pour 71% des plantes alimentaires les plus cultivées sur la planète. Sans les abeilles, notre régime alimentaire serait très monotone : plus de colza, d’amande, d’abricot, de lavande, de tournesol, de melon, de courge, de pastèque, de tomate, de menthe, de sauge, de verveine, d’origan, de thym, de romarin… En dehors des céréales et du riz qui n’ont pas besoin de pollinisation, une très grande partie des fruits et légumes disparaitraient si nos chères petits abeilles ne les pollinisaient pas. Mais ne vous inquiétez pas, les choux de Bruxelles survivraient… ouf, un soulagement !pesticides 3

Certes, nous pourrions compter sur le vent, quelques oiseaux et rongeurs… mais suffiraient-ils à nourrir 7 milliards d’humains, sans compter les animaux végétariens qui disparaitraient tout simplement ? Pourrions-nous compter sur le hasard d’un vent qui se lève à temps ?

Alors, quand aujourd’hui les associations de lutte pour l’environnement s’inquiètent de la mortalité élevée des abeilles et autres pollinisateurs sauvages (bourdons, papillons), c’est en réalité de la qualité de notre santé future qu’ils s’inquiètent… voire de notre survie. Phénomène identifié depuis 1947 dans quelques endroits isolés, aujourd’hui c’est toute la planète qui constate la baisse drastique de ses colonies d’abeilles, quand elles n’ont tout simplement pas disparu : maladies, prédateurs, mais surtout pesticides. Ceci n’est pas un discours alarmiste, c’est juste une réalité que les politiques et les citoyens ne veulent pas voir en face car la solution demande des sacrifices, sacrifices que les pouvoirs économiques associés aux lobbyings (c’est souvent les mêmes, non ?) ne veulent pas faire. Car bien sûr, la première des mesures à prendre serait d’interdire (ou de réduire drastiquement) l’emploi de pesticides dans l’agriculture, principale responsable des maladies qui déciment les abeilles… mais aussi qui polluent notre eau et sont responsables d’un certain nombre de maladies mortelles ou invalidantes.

pesticidesParce que les pesticides n’empoisonnent pas seulement nos chères petites abeilles. Ils nous empoisonnent au quotidien.

En effet, selon des études américaines, les pesticides sont présents dans 80 à 90 % des habitations.

Les nitrates et pesticides sont, quant à eux, présents dans 96 % des eaux superficielles et dans 61 % des eaux souterraines testées en France ; ils ont été absorbés par de l’eau du robinet par 5 millions de français en 2008. Certaines communes qui pompent l’eau dans ces rivières affichent des taux 7 fois supérieurs aux normes… que nous buvons directement (eau du robinet) ou indirectement (arrosage des cultures). Mais grâce à un système de dérogations sous couvert de réalisation de travaux dans les 9 ans, l’eau juridiquement non potable se transforme en « eau potable par dérogation » sur le site du Ministère de la Santé. Pendant ce temps là, on peut gentiment se faire empoisonner en toute légalité.

Enfin, suite à des pulvérisations, les résidus de pesticides se retrouvent dans l’air. 25 à 75 % des quantités de pesticides appliquées se disséminent dans l’atmosphère, entraînant une contamination de l’air, des brouillards et des pluies. Si des normes existent pour l’eau ou l’alimentation, rien ne vient limiter la présence de pesticides dans l’air que nous respirons.

pesticides 4 Les risques pour les femmes enceintes et les enfants de moins de 10 kl sont pourtant importants et reconnus par l’AFSSA, l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments. Les nitrates peuvent entraîner chez les nourrissons des anoxies, c’est-à-dire un empêchement de l’oxygénation du sang (comme une asphyxie) et les nitrites empêchant l’oxygène de se fixer dans les poumons. Les pesticides sont également responsables de troubles neurologiques, de la reproduction, du développement de la maladie de Parkinson, de certaines formes de cancer.

*

Alors aujourd’hui, nous pouvons prendre notre rôle de citoyens au sérieux.

NOUS POSIsignerTIONNEZ CONTRE LES PESTICIDES

D’une part, nous pouvons aussi manifester au niveau de l’Union Européenne notre souhait d’interdire les pesticides industriels des cultures agricoles en signant la pétition de l’association Pollinis ou en soutenant des actions individuelles locales telle que celle de Marie-Lys Bibeyran.

En tant qu’acteurs, nous pouvons aussi nous inscrire dans une « zone sans pesticide« . « Plusieurs collectivités se sont par exemple déjà engagées à gérer leurs espaces verts de manière durable. À Paris, ce sont 82 jardins, parcs et squares sur les 480, qui sont labellisés « zéro phyto » par un organisme indépendant. Des méthodes alternatives ont été préférées aux produits chimiques, ce qui favorise la biodiversité et a permis de baisser de 90 % en 15 ans les quantités de pesticides achetées. De même, à Rennes, l’usage des pesticides a été réduit de 92 % en 10 ans et de nombreuses communes bretonnes se passent même complètement de la béquille chimique. »

En agriculture, l’usage des pesticides n’est pas une fatalité, mais un choix technique intimement lié à la surmécanisation et aux semences industrielles standard.

*

FAIRE DES INSECTICIDES MAISON

D’autre part, nous pouvons apprendre à faire de manière naturelle notre insecticide. Voici plusieurs recettes qui vous laisseront le choix des armes :insectes

Recette n°1 : insecticide basique

  • 1 litre d’eau,
  • 10 à 20 ml de savon liquide,
  • 10 à 30 ml d’huile à bébé,
  • 10 à 20 ml de bicarbonate de soude.

Pulvérisez le matin tôt votre jardin, et rincez 15 minutes après application.

Recette n°2 : super concentré d’insecticidemoustiques

  • Faites macérer 2 têtes d’ail complètes dans 4 cuillères à soupe d’huile pendant 24 à 48 heures,
  • Ajoutez 2 cuillères à café de liquide vaisselle et 4 tasses d’eau.

Pour une dose de produits super concentré, il faut 20 doses d’eau.

Appliquez tôt le matin et rincez pour que le soleil ne brûle pas les feuilles enduites d’huile.

Recette n°3

  • Faites macérer 2 gousses d’ail, avec 1 oignon et 1 cuillère de poivre de Cayenne moulu dans un litre d’eau bouillante pendant 2 heures.
  • Ajoutez 2 cuillères à soupe de savon noir et laissez macérer 1 semaine avant de filtrer.
  • Pulvérisez vos plantes.

Recette n°4 : contre les pucerons

Trempez des orties dans de l’eau pendant une semaine. Filtrez et ajoutez de l’eau à la décoction. Pulvérisez vos plantes.

Recette n°4 : contre les pucerons, les escargots, les fourmis et les limacesmarc de cafe

Utilisez le marc de café au pied de vos plantes ; c’est un répulsif naturel.

*

FABRIQUER UN HERBICIDE MAISON

Et si vous êtes envahis par les mauvaises herbes… voilà 2 solutions :

Recette n° 1

Faire bouillir un litre d’eau avec 2 cuillères à soupe de sel et 5 cuillères à soupe de vinaigre (blanc ou de cidre). Versez le mélange chaud sur les mauvaises herbes qui poussent sur le trottoir, l’entrée de la cour, le perron, au pied de votre maison…

Recette n° 2

Mélanger une dizaine de cuillères à soupe d’alcool à friction dans un gallon d’eau. Versez sur les plantes à éliminer.

*

UTILISER DES PLANTES A EFFETS PESTICIDES

Enfin, nous pouvons utilisez les plantes répulsives que Dame Nature a mis à notre disposition pour éviter d’être envahis de vilaines bestioles qui détruisent nos cultures. En effet, il existe des plantes à effets pesticides. Ces plantes renferment en général des substances toxiques contre les ravageurs des cultures ou attirent les prédateurs de ces ravageurs.

Le Compagnonnage est une méthode naturelle assez efficace sur le sujet. Cela consiste en la culture de plantes à effets pesticides, qui par leur odeur ou couleur attirent les prédateurs de la plante de l’on souhaite protéger.

Ainsi,

  • l’ail protège les arbres fruitiers, les betteraves, les choux et les fraises en éloignant les pucerons et doryphores,mouches
  • le basilic protège les aubergines, les poivrons piments, les tomates, en améliorant leur croissance et en éloignant les doryphores (il améliore particulièrement le goût des tomates).
  • les carottes protègent les choux, la ciboulette, les haricots, la laitue, les oignons, le poireau, la tomate en éloignant les mouches.
  • la tagète protège les concombre, les courges, les pommes de terre et les tomates en éloignant les doryphores et les nématodes, et en attirant les limaces.
  • la belle de jour attire les syrphes qui se nourrissent de pucerons.

Il existe également des ingrédients pesticides :

  • l’ail et l’oignon sont très efficaces pour éliminer les insectes à corps mou, mais aussi les insectes volants. Ils sont en général considérés comme des fongicides efficaces. Pour cela, mettre plusieurs gousses d’ail broyées dans un galon d’eau avec lequel vous arroserez vos plantes.
  • piment de cayennele piment de Cayenne (frais ou en poudre) est idéal pour repousser les lapins, et autres animaux nuisibles. Très efficace contre les insectes à corps mous si on le mélange avec une infusion d’ail (cf ci-dessus).
  • la semoule de maïs permet de lutter contre les champignons.
  • la terre de diatomée dessèchera le corps des insectes mous (sauf les vers de terre). Dans un vaporisateur, ajoutez de l’eau, de la terre de diatomée et du liquide vaisselle. Vaporisez la terre des plantes  (pas les feuilles). Cet insecticide reste actif pendant des décennies dans le sol.
  • les acides d’agrumes (broyer des oranges et des citrons entiers dans une infusion) et la mélasse sont utilisés contre les fourmis de feu et autres insectes similaires. Mélangez 2 tasses de cette décoction par gallon d’eau savonneuse.clou-de-girofle
  • les clous de girofle moulus permettent d’éliminer les insectes volants. Broyez quelques cuillères à soupe de clou de girofle et mélangez-les à un galon d’eau. Laissez reposer quelques heures. Arrosez vos plantes avec.

*

FABRIQUER SOI MÊME LES SOINS POUR LES PLANTES

Faire briller les feuilles des plantes vertes

Ma copine Steph, qui n’est pas écolo pour un sou, mais très à cheval sur la légalité, cherchait comment lustrer les feuilles ternes de ses plantes d’intérieur. Elle les nettoie avec quelques de bières sur un chiffon humide, et c’est vrai qu’elles sont nickel chrome. Et c’est du nickel chrome à la Steph, donc « high level » si vous voyez ce que veut dire le mot « maniaque de la propreté ».

Il semble que l’huile d’olive ou la glycérine soient également des solutions écolo qui marchent, ainsi que le mélange eau/lait.

Des plantes en pleine forme

Il existe pleins d’astuces très simples. Par exemple, pour lutter contre les feuilles jaunies, vous pouvez fabriquer un mélange de marc de café et de sucre en poudre que vous ajoutez autour du pied de vos plantes.

Pour leur redonner de la vigueur, vous pouvez :

  • arroser une fois par mois vos plantes avec un mélange d’eau et de coca (si, si) ou avec du vin rouge pur,
  • nourrir la terre de vos plantes avec un mélange de coquilles d’œufs pillées ou des feuilles de thé déjà utilisées.

Contre les bêbêtes

Pour ne plus être dérangée par les pucerons, plantez des allumettes dans la terre (tête en bas, le souffre que contient la tête de l’allumette fera fuir les pucerons).

Versez du vin rouge dans vos plantes aidera à les embellir, mais aussi à faire remonter les vers de terre. Vous pourrez ainsi les transférer dans votre jardin (inutile de les tuer).

 

Publicités

Par ici pour les commentaires....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s