Mon expérience d’auto-réparation de vélo – épisode 1

Il y a quelques anvelibnées, j’étais férue de « Velib »… la liberté suprême pour moi étant celle de ne pas avoir à me préoccuper de l’état de mon vélo ! Malgré ses 18  kilos à porter (contre 12 en moyenne pour un vélo normal), Velib, c’était un peu comme le soleil pendant les vacances… indispensable à mon moral. Merci les endorphines !

Mais j’ai déménagé en banlieue, et j’ai découvert que le Vélib n’avait pas conquis toute l’Ile-de-France. Et je me suis retrouvée « piétonne ». Pendant longtemps, j’ai dit que j’achèterai un vélo… mais le coût, les réparations, le stockage (je vis en appartement sans garage à vélo), la facilité du RER pour aller au travail ont eu raison de mon envie. atelier solidaire

Jusqu’au jour où j’ai rencontré F…. La vie est une question de rencontre, j’en suis persuadée. Bénévole dans l’asso où je bosse, elle se déplace à vélo ou à roller. Elle m’explique qu’elle a acheté ses vélos sur le boncoin.fr pour une bouchée de pain et que grâce à Atelier Solidaire (Saint-Ouen) elle répare elle-même ses vélos. Elle les a même customisés, puisque dans cet atelier sont « vendus » à prix symboliques des selles, pédales, poignées, guidons, feux… Elle est très convaincante. Mon intérêt est piqué.

Le lendemain, après avoir consulté les prix de Décathlon (au secours !!!), je pianote sur le boncoin.fr pour avoir une idée du prix d’un vélo d’occaz, plus accessible. Les prix démarrent à 60 euros, mais parfois des particuliers déstockent pour cause de déménagement ou de vide-grenier et bradent les prix. Et là, je tombe sur une aubaine : une famille qui vend tous ses vélos entre 20 et 30 euros sur Paris. Je lui envoie le lien, pour avoir un regard expert sur le matériel… C’est une super aubaine selon elle, et on se retrouve le lendemain chez la madame… qui a déjà vendu les vélos que j’avais zieutés en premier. Il en reste un, un VTT blanc, pneu arrière crevé me dit la propriétaire. 30 euros. Elle brade. Je n’hésite pas longtemps… au pire je le revendrais.

Avélo abiméprès une petite toilette (il en avait bien besoin !!), il s’avère que le pneu est juste dégonflé, et non crevé… Des boulons manquent par-ci par là. Le câble du phare avant est coupé et donc je n’ai pas de lumière la nuit… que nenni ! nous sommes en juin, et il fait jour tard ! La selle est trop basse pour moi et l’écrou est indéverrouillable avec mes petits bras musclés. Au bout de quelques jours les freins arrières se bloquent et la sur-selle collée se décolle, laissant apparaitre une selle de robot sûrement tant celle-ci est dure !!!! GRRRRRR…. Je me demande finalement si ce vélo était une vraie aubaine… ????

Et là, F., très confiante, m’amène à l’Atelier Solidaire de Saint Ouen. Lorsque nous arrivons, un homme à vélo et une femme discutent devant la devanture. Rassurée, je me dis que le monsieur a du muscle et qu’il pourra peut-être desserré mon écrou inviolable jusque là. Mais il s’avère qu’ils sont là par hasard et que la permanence est annulée, nous avons oublié de consulter le site internet. La p’tite dame voit bien que j’ai trainé mon vélo sur 15 km à pied pour le faire réparer, et elle m’invite à entrer quand même pour voir ce qu’elle peut faire. Quelle hospitalité ! Tout le monde ne perdrait pas 1h à réparer le vélo d’une inconnue !

vélo roseAlors je ne sais pas si elle a autant de muscle que le petit monsieur, mais elle a de la ressource à revendre, la p’tite dame, c’est sûr ! Avec elle, le tournevis est un levier, la pince remplace la clé de 10 qui manque à l’appel, la scie s’occupe de l’écrou aux bords trop arrondis. Et elle sait de quoi elle parle. Elle m’explique tout ce qu’elle fait… comment fonctionne mon frein, la dynamo, me montre par où passe le câble électrique qui relie la dynamo et le phare avant…. et en même temps l’écrou inviolable saute avec une scie, le câble du frein est débloqué, graissé et resserré, elle change ma selle par une autre super confort, mon garde bouse est fixé et le pneu arrière est regonflé à 4 bars… le tout en une heure chrono, avec quelqu’un de sympa,  disponible, agréable et pro. J’ai donné 4 euros pour la selle d’occaz (prix libre) en sachant qu’une neuve coûte au bas mot 35 euros. La réparation ne m’a rien couté, si ce n’est l’envie très forte d’adhérer (12 euros à l’année) à cet atelier pour le service mais aussi pour la rencontre et le transfert de connaissances et compétences.

Vous trouverez tous les sites d’auto-réparation de vélo sur Heureux Cyclage. Bonne découverte… et bonnes ballades !

*

Dans la même série :

Publicités

Par ici pour les commentaires....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s