Mon expérience d’auto-réparation de vélo – épisode 2

Alors, si vous avez bien suivi l’épisode 1 de mes débuts de cycliste éco-responsable, les premiers secours avaient été donnés à mon vélo made in LeBonCoin par l’officine de Saint-Ouen… il remarchait, je revivais, mes cuisses pédalaient !

coulee verte serqueux dieppeJ’allais pouvoir faire une partie de l’Avenue Verte Paris-Londres, entre Serqueux et Dieppe… 50 km de vélo dans la campagne, sans quasi aucune voiture, alternance de soleil et d’ombre sur tout le parcours, des découvertes un peu improbables comme cette vieille dame qui installait à ses frais des tables en plastique à côté de la piste cyclable qui longeait sa propriété juste pour être agréable ou ce surprenant château de la fin du Moyen Age qui est aujourd’hui reconverti en collège horticole. Bref, une bonne journée !

A 5km de l’arrivée, la coulée verte se transforme en vélo route, beaucoup moins sympathique, d’autant que je commenpneu crevéce à ressentir les kilomètres dans mon corps, dans tout mon corps. Je commence à peiner, les changements de vitesses ne me sont plus d’aucun secours… A 2 km de l’arrivée, mon vélo, tout en accord avec mon corps, décide lui aussi qu’il en a marre… le pneu arrière se déchire dans une explosion et condamne également la chambre à air. Je suis redevenue piétonne.

Bien sûr, aucun atelier de réparation sur le chemin, ou même sur Dieppe. Je suis presque scandalisée qu’une ballade de 400 km entre Londres et Paris n’ait pas attiré au moins un atelier solidaire dans le coin. Nous posons les vélos et profitons de la fin de journée avant de prendre le train pour rentrer à Paris.

*

Une fois rentrées, je ne peux aller à l’atelier de Saint-Ouen, beaucoup trop loin pour un piéton encombré d’un vélo. Je fais donc une infidélité à l’accueil si aimable et agréable que m’avait fait la petite dame de Saint-Ouen et me rends dans la Cyclofficine de Pantin, plus proche de chez moi.

cyclofficineL’atelier semble très bien équipé et le cadre est agréable. Je suis accueilli par Yoan qui m’explique le concept à travers la charte : la Cyclofficine n’est pas un magasin, personne ne répare pour toi, tu es en co-pilotage au mieux, c’est toi qui mets les mains dans le cambouis. Et mes mains ont bien connu le cambouis… ce qui m’a permis par ailleurs de découvrir une nouvelle fonction au marc de café, qui associé à du savon liquide fait des miracles pour nettoyer les mains pleines de graisse de vélo, de cambouis, de saletés de tout ordre.

J’adhère pour 15 euros à la Cyclofficine. J’ai donc accès à tout le matériel recyclé présent… et il y en a partout, de tout, vraiment de tout : des pédales, des rétroviseurs de vélo, des chaines, des cadres, des pneus, des chambres à air, des vis en veux-tu en voilà, des écrous, des câbles de freins, des gaines, des poignées, des béquilles, des phares… bref. De quoi faire un vélo en kit.

Je regarde mon vélo… tu seras beau et magnifique quand tu sortiras, tel est ton destin ! dessins vélos

Un des bénévoles pense avoir l’explication à l’explosion de mon pneu : celui-ci devait être tellement usé que la chambre à air une fois gonflée sortait par des petites fissures du pneu… comme celles qu’il observe sur la roue avant ! Je me sens toute bête. Quand on sait quoi regarder, on voit tout de suite l’évidence. Je m’attèle donc à changer, non pas un, mais 2 pneus. Je démonte donc ma roue arrière, ce qui n’est pas une mince affaire pour un débutant… la chaine enroulée sur les plateaux fixés sur cette roue me fait la vie dure ; tant pis, je dois bien y mettre les mains… çà y est, je suis baptisée ! Je découvre ensuite le repaire des pneus à recycler dans la mezzanine au-dessus de ma tête. Courbée en 2, je cherche des pneus qui correspondent à mes références : la taille notée sur mon pneu correspond à celle du diamètre de ma jante d’une part, puis à la grosseur de mon pneu d’autre part.

C’est précisément le genre d’informations que je n’avais pas quand j’ai acheté une chambre à air de rechange dans un supermarché… chambre à air de taille 19 quand il m’en fallait une entre 35 et 45. Où est le recyclage des chambres à air s’il vous plait ? J’ai cadeau tout beau tout neuf.

outils véloJe prends 2 pneus, en état correct, redescends et les installe… non sans l’aide de mon bénévole fétiche, celui qui a un peu pitié de moi, je dois bien l’avouer. Et là, je comprends un autre intérêt de l’atelier : l’accès à tous les outils spécialisés pour le vélo. Je suis assez bricolo et j’ai un certain nombre d’outils courants chez moi. Sauf que pour un vélo, il vous faut pas moins d’une vingtaine d’outils différents, dont certains ne sont utilisés que pour les vélos : différentes pinces, clés de tous styles, et d’autres trucs dont je n’ai aucune idée du nom. A la disposition de tout le monde, c’est un bonheur d’avoir le bon outil qui vous facilite la vie. Mes pneus et ma chambre à air sont vite changés.

Au passage, mojanten bénévole fétiche me dit que ma roue arrière est un peu voilée et me montre comment la dévoiler. Pas sûre que je saurais refaire tout de suite, mais j’ai compris la technique et repérer les outils nécessaires. Ma jante avant, quant à elle, avait un problème d’encoche… allez, hop, changé par une occaz qui trônait au milieu d’autres dans la mezzanine.

Mon vélo est beau. Mais il lui manque quelque chose : un panier… c’est tellement pénible d’avoir son sac à main en bandoulière quand on roule, surtout pour aller au travail. Je descends dans le sous-sol, obscur et humide, qui cache tous les vélos en attente d’être réparés par une bonne âme et trouve un panier noir magnifique qui se fixera parfaitement sur mon vélo. Je suis parée à sortir… à craner sur mon vélo que j’ai réparé tout seule.

Jfemme à véloe dépose une aumône dans la boite à dons car tous les articles recyclés sont ici gratuits et chacun donne ce qu’il veut, ce qu’il peut… Je remercie mon bénévole fétiche et tous les Dieux de l’Olympe de m’avoir fait découvrir cet endroit, et enclenche la pédale pour un retour chez moi, fière et un peu pompeuse sur mon vélo d’occaz… mais tout neuf.

*

Allez tout cà, c’est pas pour vous raconter ma vie… c’est pour adhérer à l’auto-réparation de vos vélos. Pour connaitre l’atelier le plus proche de chez vous, rendez-vous sur le site de l’Heureux Cyclage.

*

Dans la même série :

Publicités

Par ici pour les commentaires....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s