Choisir un transport touristique propre

On croit souvent que le dépaysement ou la chaleur riment avec distance… mais on peut tout à fait les trouver au coin de notre carte européenne ou proche de notre Méditerranée. Et si l’on a le temps, toutes les destinations exotiques dont nous rêvons en lisant Géo ou en regardant Planète sont accessibles. Voir autrement, telle est la clé. Pour voir autrement, il faut vivre autrement et donc la préparer différemment.

*

trainVOYAGER EN TRAIN

Le champion toutes catégories du transport est le TGV qui ne consomme que 2.6g de CO2/voyageur.km, soit 1kg de CO2 pour 400 km alors que l’avion émet environ 56kg pour la même distance. Ainsi le voyageur en train qui fera 54km émettra le même bilan carbone que le voyageur en avion qui aura parcouru 1km. A cela il faut également ajouter que le voyageur qui prend le train arrive en centre ville la plupart du temps ce qui lui permet de limiter la consommation de bus ou taxi pour se rendre à son lieu d’hébergement. Le voyageur qui prend l’avion arrive en général à la périphérie des villes et doit donc ajouter son transport en centre ville à son bilan carbone, ce qui peut dans certains cas doubler la note de CO2

Si le bilan des TER électriques est lui aussi assez bon (5.1g CO2 /voyageur.km), il faut néanmoins se méfier de celui des TER au diesel qui est nettement plus polluant (94.8g CO2 /voyageur.km)

A ce bilan écologique inégalable par les véhicules motorisés, le train nous permet en outre de rencontrer les populations locales, de partager leur mode de vie et de relation. Loin d’être du temps perdu, les trains traversent souvent des paysages inaccessibles et de grandes beautés. C’est le cas de la liaison Los Mochis – Chihuahua au Mexique, du train reliant Oslo – Bergen en Norvège, du Transsibérien qui traverse la Russie sur près de 10.000 km jusqu’à Vladivostock, mais aussi plus près de nous du plus haut train d’Europe qui domine le lac d’Artouste dans la vallée d’Ossau.

J’ai testé pour vous : mon expérience de voyage en trainvoyage train

*

bouchon-voiture-busVOYAGER EN BUS

L’autocar, plus lent que le train, présente les mêmes avantages que le train : paysages sublimes, rencontres, arrivée en centre ville et un bilan carbone nettement moins important que l’avion (31g de CO2 /voyageur.km). Les lignes internationales et nationales se multiplient, et aujourd’hui il est possible de rejoindre toutes les grandes villes d’un pays en bus. C’est un moyen de transport très développé dans les pays du sud et très emprunté par la population locale.

Les voyages longue distance se font la plupart du temps la nuit, ce qui permet d’économiser le prix d’une nuit d’hôtel. Arrivée en général aux aurores, vous pouvez profiter des levers de soleil dans un cadre naturel de rêve et éviter l’affluence sur les sites touristiques majeurs en arrivant les premiers.
Les Guides Touristiques vous conseillent relativement bien sur les lignes à prendre et celle à éviter ; et si d’aventures vous voulez quand même prendre certaines lignes plus « cragnos » la 1ère règle à connaître est de dormir dans son sac de couchage (assis sur son siège, oui, oui, c’est possible) et d’y glisser toutes les choses de valeur (passeport, argent, appareil photo, lecteur MP3…). Ainsi si votre sac disparait, vos vacances ne sont pas gâchées.

J’ai testé pour vous : mon expérience de voyage en bus/autocar

Publicités

Par ici pour les commentaires....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s